Photos TP

Photos d'engins de Travaux Publics
Nous sommes le 12 Aoû 2020 11h38

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 46 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Nos collections
MessagePosté: 24 Aoû 2010 22h24 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Nov 2009 20h03
Messages: 778
Localisation: Haute-Savoie
Nos collections

Lorsque nous regardons nos modèles réduits, nous faisons inconsciemment un gros travail mental (1) d’abstraction de tout ce qui les entoure et qui n’est pas en miniature (le plancher, le tapis, les murs, le canapé, la plante verte, la bibliothèque, le plafond, etc.) et (2) de reconstitution imaginaire de tout ce qui manque à nos modèles réduits pour les entourer dans l’univers idéal en miniature que nous recréons mentalement autour d’eux.

Ce travail mental de reconstitution de l’idéal imaginaire, et d’abstraction de ce qui est indésirable dans le réel, travail qui occupe constamment notre esprit pour nous permettre d’évoluer dans l’univers virtuel à l’échelle de notre collection (1 :50e ou 1 : 87e ou autre) est un travail épuisant pour l’intellect. En effet, nos lobes cérébraux doivent constamment trier dans les images qu’ils reçoivent, et y effectuer un travail de maquillage en essayant d’en abstraire ce qui n’est pas en miniature et d’y ajouter ce qui y manque. Nous ne nous en rendons pas compte, mais cet épuisant travail mental de maquillage de la réalité procure une souffrance inconsciente.

En plus du fait que la réalité qui nous entoure nous impose ses dures limites sur différents plans (hélas, l’espace manque toujours à nos dioramas, leur horizon est toujours bouché), l’éventail des miniatures et accessoires disponibles sur le marché n’est pas infini non plus. Il en résulte une frustration multiforme, assimilable à une sorte de claustrophobie, malaise de l’enfermement dans un espace au 1 :50e trop restreint (toujours trop réduit à notre goût) qui nous amène à consulter frénétiquement les catalogues à la recherche d’une éventuelle nouveauté à la même échelle, nouveauté qui nous apparaît alors comme la solution, la porte ouverte vers l’espace virtuel de notre imaginaire qui nous permettra, croyons-nous, de nous affranchir de notre cuisant enfermement et de diminuer notre inconsciente souffrance.

Sitôt sorti un nouveau modèle dont le prix nous paraît abordable, il nous apparaît comme le remède miracle, il devient un phantasme qui nous colle à l’esprit et se met à nous hanter nuit et jour. Nous devons absolument nous le procurer. À ce stade idyllique où nous ne le touchons pas encore physiquement et qu’il fait encore partie du domaine imaginaire, nous l’idéalisons en le revêtant de toutes les qualités. Finalement, nous nous décidons à nous le procurer. L’attente de sa livraison est un supplice. Enfin, il arrive et nous le déballons en hâte.

Vient alors l’examen de la conformité du modèle réduit à l’idée que nous nous en faisions. C’est là que se télescopent deux mondes qui se confrontent : le monde idéal imaginaire de la miniature dont nous rêvions, et le monde tangible du réel : le monde du modèle réduit, bien réel quoique en miniature, qui nous est livré physiquement et qui, de ce fait même, quitte le domaine du rêve en entrant dans notre monde réel à nous dont font partie l’emballage du modèle, la table sur laquelle il est posé et le plafond qui le surplombe.

La confrontation du modèle réel en miniature que nous recevons physiquement avec l’idée que nous en faisions auparavant est toujours une transition intense, faite d’un mélange d’émerveillement devant ce qui s’avère être parfois mieux encore que nous l’imaginions, et de cruelle déception devant d’autres aspects de la miniatures, que nous imaginions différemment (sans parler des éventuels dégâts qui peuvent survenir au déballage, où la casse est fréquente).

Passé ce stade où nous découvrons et essayons délicatement les différentes fonctionnalités de notre nouveau modèle, arrive le moment où son attrait s’épuise peu à peu. L’attrait du nouveau modèle dure tant que son aspect change, tant que son aspect se renouvelle selon les différents angles de vue en fonction des attitudes qu’on peut lui conférer, tant qu’il parvient à générer de nouveaux clichés visuels. L’épuisement de l’attrait du modèle survient lorsqu’il ne parvient plus à générer et fournir des aspects visuels inédits. Cela arrive d’autant plus tard que le modèle possède de nombreuses fonctionnalités qui, conjuguées, offrent une variété quasi infinie de configurations différentes. On comprend aisément que l’attrait d’un tombereau dont on ne peut mouvoir que la benne et les roues directrices, si riches que soient par ailleurs ses menus détails, s’épuisera plus rapidement que celui d’une grue télescopique complexe, dont les fonctionnalités conjuguées permettent d’obtenir, par leurs possibilités virtuellement infinies de configurations, une quantité pratiquement inépuisable de nouveaux aspect visuels.

Mais plus le détail du modèle est riche et ses fonctionnalités nombreuses, plus cuisant sera le contraste qu’il offre avec la douloureuse réalité qui l’entoure (le bureau, l’ordi, les bouquins, le verre de bière) et qui vient brutalement nous rappeler les limites du réalisme de la miniature. Le phantasme nous reprend alors par bouffées en nous présentant comme nécessaire – indispensable – tel ou tel accessoire ou modèle réduit auxiliaire qui semblent cruellement manquer au tableau, et dont l’absence supposée est rendue responsable du malaise.

Cette frontière entre le réel et l’imaginaire que notre esprit s’épuise ainsi à vouloir rendre étanche n’est qu’un leurre : chaque nouveau modèle ne fait qu’élargir la spirale du problème : plus riche et détaillée sera notre collection, plus vaste et complexe sera la frontière du monde imaginaire à défendre mentalement contre l’impitoyable et incontournable monde réel…

Et le cycle infernal reprend : Limites du réalisme > frustration > claustrophobie > apparition d’un nouveau modèle > phantasme > semble remédier au problème -> on ne dort plus tant qu’on ne s’est pas procuré ce nouveau modèle > on l’obtient enfin > confrontation du nouveau modèle au phantasme qu’il générait > épuisement graduel de l’attrait > ne fait que repousser encore un peu les limites du problème -> retour à la case départ…


Voici, pour conclure, quelques citations empruntées à ceux qui savent :

Le collectionneur ne se séparera d'une pièce de sa collection que pour certaines raisons, qui ne sont jamais d'abord financières, mais toujours affectives: un désaveu d'un achat ancien qu'il regarde aujourd'hui comme une erreur de jeunesse, un besoin de plus de rigueur dans les critères de sélection, un défaut d'investissement de désir de la part d'un objet, ou d'autres motifs semblables qui tous peuvent être lus comme une incapacité de l'objet promis au sacrifice à répondre à l'imaginaire de son propriétaire. [Claude Ritschard]


Le collectionneur, s'il sollicite des avis, le fait moins pour être véritablement conseillé
que pour mettre à l'épreuve sa propre détermination
[Claude Ritschard]


I'm afraid there is no cure for this other than running out of money.
(Je crains qu’il n’y ait d’autre remède à cela que d’arriver à court d’argent)
[Ian Webb (CranesEtc), 6 juillet 2009]


Lucien, août 2010


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Nos collections
MessagePosté: 24 Aoû 2010 22h54 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Nov 2005 00h15
Messages: 3402
Localisation: LA MATHEYSINE dans les montagnes
Je me reconnais dans certaines phrases de ta description mais certains "chemins" empruntés me dérangent :

-réel indésirable (comme si on avait un problème dans ou avec le réel....ce qui n'est pas mon cas),
-reconstitution d'un idéal imaginaire (moi je cherche surtout à reconstituer le vrai en petit....il n'y "d'idéal" la dedans que la "valeur graphique" de la scène que je cherche à reproduire),
-claustrophobie d'un espace 1/50 trop petit (alors que je vois plus le 1/50 comme un livre interminable (cf. playmobile en avant les histoires !)).

> Finalement je fais ou vie avec le 1/50 des choses que je pourrais jamais faire,vivre ou revivre (car inaccessible ou dans le passé) ou tout simplement prolonger le plaisir d'un instant vécu dans le "réel" avec l'aide du 1/50....Phantasme quand tu nous tiens !

J'aime aussi beaucoup les trois citations qui sont vraiment pleines de sens....

_________________
Quelle est la différence entre un pigeon ?
http://www.gdsminiatures.com/
C'est qui cette loutre ?? viewtopic.php?f=108&t=11897


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Nos collections
MessagePosté: 25 Aoû 2010 17h16 
Je viens de lire le post du haut ( étude psychanalytique du collectionneur Lambda ) et je me sens nettement mieux ,merci Docteur....


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Nos collections
MessagePosté: 25 Aoû 2010 22h14 
Hors ligne

Inscription: 24 Juin 2009 19h47
Messages: 61
Localisation: lyon
moi je suis plutot d'accord , c'est interessant en tout cas
Si c'est comme ca que ca fonctionne c'est de toute maniere pas grave
achetons , jouons , et puis quand on en a mare et bien on met la miniature dans un coin et on va vite en chercher une autre . C'EST CA LA VIE CAR LA VIE C'EST L'ENVIE
A CHACUN SON PLAISIR DANS LE RESPECT D'AUTRUI


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: moissonneuses-batteuses...
MessagePosté: 20 Mar 2011 17h19 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Nov 2009 20h03
Messages: 778
Localisation: Haute-Savoie
Cliquer sur les photos pour les agrandir
Image Image
(photos Lucien, 14 12.2008)

Alors que je montrais à mon petit-fils, passionné, quelques-uns des modèles réduits de ma collection, sa tante - ma fille -, quant à elle, n'a pu cacher son ennui et, avec une expression de profond martyre, m'a confié affectueusement - mais avec toute l'ironie caustique dont elle est capable - que ce qu'elle qualifie de "petites moissonneuses-batteuses" ne sont pas particulièrement sa tasse de thé. Ainsi m'a-t-elle fait diplomatiquement comprendre qu'elle a suffisamment d'autres chats à fouetter que de s'abaisser au monde onirique du modélisme au 1:50e, et qu'elle voue un souverain mépris aux modèles réduits d'engins de travaux publics et industriels de ma collection. Quant à mes modèles de grues, ce sont, paraît-il, autant de symboles phalliques, symptomatiques, de ma part, de l'indécrottable machisme latent de notre société. J'ai essayé de m'en défendre, quoique, considérant la LTM 11200-9.1 vue sous cet angle, j'avoue que, sous le coup de la surprise, mes dénégations manquaient quelque peu de conviction. Du coup, j'ai renoncé à faire timidement valoir l'argument (quelque peu dilatoire) que ma collection ne compte, en fait, aucune moissonneuse-batteuse...




Voir aussi ma collection de modèles réduits 1:50e

Voir également le diaporama de mes modèles réduits
ainsi que le diaporama de mes photos d'engins réels


:tchin: :jap: :hello:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Nos collections
MessagePosté: 20 Mar 2011 21h26 
Excellent :yes: :tchin:


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Nos collections
MessagePosté: 02 Juin 2011 17h24 
Hors ligne

Inscription: 31 Mai 2011 21h33
Messages: 25
Localisation: Lyon
énorme le déchainement verbal qui, je pense, devait aussi dissimuler une grande frustration( la concernant) ...... :violon:

j'aime bien ce forum !!!! :yes:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Nos collections
MessagePosté: 02 Juin 2011 18h52 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Nov 2009 20h03
Messages: 778
Localisation: Haute-Savoie
mineurdefond a écrit:
énorme, le déchainement verbal qui, je pense, devait aussi dissimuler une grande frustration (la concernant)
Non, je ne pense pas que ce qui m'a été suggéré par ma fille - dans la bonne humeur et sans la moindre animosité - soit nécessairement révélateur d'une frustration en ce qui la concerne personnellement.
Je crois plutôt que son sentiment se place sur un plan plus général, et que c'est simplement l'expression très franche du point de vue intuitif (intéressant) de nombreuses femmes (mais pas toutes) considérant certains hobbys généralement typiquement masculins tels que les collections de miniatures, comme étant (peu ou prou) une sorte de fuite onirique du partenaire masculin devant les réalités de la vie familiale, au détriment (si peu que ce soit) de l'attention et du temps qui pourraient plutôt être consacrés à la vie de famille...
C'est également ainsi, je l'avoue, qu'après introspection personnelle, je le ressens un tantinet en tant que mari, père et grand-père.

Toujours est-il qu'avouer qu'on collectionne les miniatures, c'est - selon ma fille - catastrophique pour la drague: il paraît qu'il n'y a rien de tel pour faire retomber le soufflé, tuer le charme et plomber un flirt...



Voir aussi ma collection de modèles réduits 1:50e

Voir également le diaporama de mes modèles réduits
ainsi que le diaporama de mes photos d'engins réels


:tchin: :jap: :hello:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Nos collections
MessagePosté: 02 Juin 2011 22h13 
Hors ligne

Inscription: 04 Nov 2006 20h28
Messages: 2194
Localisation: 54
[quote=Lucien
"Toujours est-il qu'avouer qu'on collectionne les miniatures, c'est - selon ma fille - catastrophique pour la drague: il paraît qu'il n'y a rien de tel pour tuer le charme et plomber un flirt..."

Pas grave Lucien, de ce côté là, à notre âge on ne risque plus grand chose... :non:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Nos collections
MessagePosté: 03 Juin 2011 15h04 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Déc 2005 23h58
Messages: 5416
On prend avec les qualités et les défauts, si il n'y a que ça pour plomber un flirt c'est bien dommage!!! et c'est que ce n’était pas la bonne.

_________________
Si un pain au chocolat c'est une chocolatine.
Alors un pain dans la gueule c'est une gueulatine!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Nos collections
MessagePosté: 03 Juin 2011 15h17 
la fourmi rouge a écrit:
On prend avec les qualités et les défauts, si il n'y a que ça pour plomber un flirt c'est bien dommage!!! et c'est que ce n’était pas la bonne.


+1
Tout est dit


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Nos collections
MessagePosté: 03 Juin 2011 19h22 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Juil 2006 19h22
Messages: 3681
Localisation: monde entier
chery denis a écrit:
[quote=Lucien
"Toujours est-il qu'avouer qu'on collectionne les miniatures, c'est - selon ma fille - catastrophique pour la drague: il paraît qu'il n'y a rien de tel pour tuer le charme et plomber un flirt..."

Pas grave Lucien, de ce côté là, à notre âge on ne risque plus grand chose... :non:

c'est gentil pour nous :bisque: :jesors:


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 26 Jan 2014 13h24 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Nov 2009 20h03
Messages: 778
Localisation: Haute-Savoie

Nos collections

Le poids total du modèle réduit 1/50e du tombereau minier Liebherr T282B dépassant la capacité de mesure de ma balance de ménage, je l'y avais pesé, il y a quelques années, essieu par essieu.
Pour garantir la précision d'une telle mesure lorsqu'un seul des essieux est sur la balance, il est nécessaire de caler tout le reste du modèle exactement au même niveau que le plateau chargé de la balance.
Cette mesure essieu par essieu m'avait alors donné un total de 5'059 grammes.
Ce matin, j'ai profité de la nouvelle balance commerciale certifiée de la supérette de mon quartier pour y peser mon T282B d'un seul bloc.
Résultat: 5'045 grammes. L'écart de mesure entre les deux méthodes de pesée s'avère minime: moins d'un tiers de pourcent!

Les clients de la supérette qui ont assisté à la scène sont tombés admiratifs devant le superbe modèle réduit.
Quant au gérant de la supérette, Tamoul d'origine (très gentil et serviable, et à qui j'avais, bien sûr, demandé la permission d'utiliser sa balance), il a, lui aussi, admiré le modèle.
Puis, candidement et sans aucune arrière-pensée - tout simplement pour s'informer -, il m'a posé cette question métaphysique fondamentale: "ça sert à quoi?"
Question à laquelle (comme c'est généralement le cas des questions métaphysiques) ni moi ni les clients qui étaient là n'ont su répondre...
Nous assistons là au choc des cultures - enrichissante confrontation -, où les phantasmes oniriques au 1/50e des uns ne sont pas nécessairement compris des autres.
Un monsieur qui était venu acheter ses cigarettes a quand même risqué timidement: "bon, ben, ça peut toujours servir de cendrier..."


Voir aussi le diaporama de mes modèles réduits
ainsi que le diaporama de mes photos d'engins réels


:tchin: :jap: :hello:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 26 Jan 2014 15h05 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mai 2006 17h16
Messages: 1134
Lucien,: excellent.....génial... :headbang: :petard:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 26 Jan 2014 16h17 
Hors ligne

Inscription: 04 Fév 2011 18h23
Messages: 1290
Lucien a écrit:
...Puis, candidement et sans aucune arrière-pensée - tout simplement pour s'informer -, il m'a posé cette question métaphysique fondamentale: "ça sert à quoi?"
Question à laquelle (comme c'est généralement le cas des questions métaphysiques) ni moi ni les clients qui étaient là n'ont su répondre...

Tu aurais pu dire, « c'est mon Caddie de marché » :D
puisqu'on ne distribue plus de sacs maintenant.
(chez nous, chez certain commerçants on apporte ses bocaux par exemple pour faire remplir d'olives, donc avant on les fait tarer à vide sur la balance du commerçant)

Perso, j'arrive (parfois) à faire excuser la présence de certains engins dans le salon en leur affectant un rôle (livreur de cacahuètes à l'apéro (bennes), ouvreur de pistaches (BRH), voir même une année sapin de noël pour la MDT178) :love:

D'une manière générale, la "collectionnite" est surtout un puissant anti-dépresseur très efficace. :oui:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 26 Jan 2014 19h03 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Nov 2009 20h03
Messages: 778
Localisation: Haute-Savoie
Cyano a écrit:
Tu aurais pu dire, «c'est mon Caddie de marché»
:roll: Bien sûr, après coup, on se dit «j'aurais pu lui dire que...». :oui:
Mais devant la question «à quoi ça sert?», chacun, sur le moment, s'est trouvé désarmé, :oops: interpellé par la profondeur de la question exigeant du recul. :cool:
La question du brave gérant - à qui répondre devenait dès lors secondaire - se trouvait sublimée, chacun s'interrogeant tout-à-coup :quoi: sur sa propre condition existentielle...
Pourquoi? Parce que la question légitime du brave gérant ouvrait devant les pieds de chacun :ange: un insondable abîme d'incertitude ontologique :arg: tout au fond duquel :evil: commençaient à se dessiner,
en cascade heuristique diffuse -telle la poupée gigogne -, toutes les interrogations philosophiques fondamentales que chacun préfère généralement éluder plutôt que de se risquer à approfondir:
. . . . Qu'est-ce que le beau ?
. . . . . ➜ Qu'est-ce que le juste ?
. . . . . . . . . ➜Qu'est-ce que le bien ?
. . . . . . . . . . . . . ➜Sur quoi fonder l'éthique ?
. . . . . . . . . . . . . . . . . ➜Quel est le sens de la vie ?
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ➜Pourquoi existons-nous ?
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ➜Qu'est-ce que l'être ?
:mad: :mdr:

Voir aussi le diaporama de mes modèles réduits
ainsi que le diaporama de mes photos d'engins réels


:tchin: :jap: :hello:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 26 Jan 2014 20h19 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Déc 2005 23h58
Messages: 5416
En général je pars plutôt du principe que ce qui me plait ne plait pas forcement à un autre et vice versa, en gros chacun son truc. peut-être que le gars préfère les timbres ou les boites d'allumettes.
Et je ne cherche pas à imposer ma passion à quelqu'un d'autre, par contre j'ai vite fait de devenir intarissable si on me pose une question.

_________________
Si un pain au chocolat c'est une chocolatine.
Alors un pain dans la gueule c'est une gueulatine!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 27 Jan 2014 00h43 
Hors ligne

Inscription: 04 Nov 2006 20h28
Messages: 2194
Localisation: 54
Effectivement il se peut parfois que l'on soit confronté a des personnes qui restent dubitatives face à notre passion. :quoi:
Alors quand je me trouve devant cette situation, pour dérider l'ambiance, je me présente : Denis Pignon :jap:
Naturellement, ceux qui ont vu le film "Le dîner de con" comprennent rapidement et nous en rions ensembles, tout en méditant sur la moral de ce film qui n'est pas du tout défavorable à nous autres passionnés... :tchin:

@Romu
Je te rejoins totalement ! :wink:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 27 Jan 2014 01h17 
Hors ligne

Inscription: 18 Juin 2013 13h54
Messages: 208
Localisation: Blaye (33390)
chery denis a écrit:
Effectivement il se peut parfois que l'on soit confronté a des personnes qui restent dubitatives face à notre passion. :quoi:
Alors quand je me trouve devant cette situation, pour dérider l'ambiance, je me présente : Denis Pignon :jap:
Naturellement, ceux qui ont vu le film "Le dîner de con" comprennent rapidement et nous en rions ensembles, tout en méditant sur la moral de ce film qui n'est pas du tout défavorable à nous autres passionnés... :tchin:

@Romu
Je te rejoins totalement ! :wink:


La question que je me pose, c'est que si nous sommes tous des cons, c'est qui le chef de manœuvre? :jesors:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 27 Jan 2014 08h13 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Déc 2005 23h58
Messages: 5416
Celui qui a la plus grosse?!!!!





Collection of course :jesors:

_________________
Si un pain au chocolat c'est une chocolatine.
Alors un pain dans la gueule c'est une gueulatine!


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 46 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com