Photos TP

Photos d'engins de Travaux Publics
Nous sommes le 19 Aoû 2017 00h05

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 300 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 11, 12, 13, 14, 15
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: 22 Déc 2015 11h55 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2005 12h57
Messages: 684
Localisation: Pas de calais (62) LIEVIN
il y a quelques erreurs d’écriture assez impressionnantes

secteur 4 "montant des travaux 560 milliard millions d'euros" :bravo:
secteur 3 "terrassement important de 27m3 de deblais" :petard: :petard:

_________________
Le site des passionné(e)s LIEBHERR
Le site des convois exceptionnels en long en large en gros et très gros


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 20 Avr 2016 21h41 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4031
Localisation: LA ROCHELLE
La société du Canal Seine-Nord portée sur les fonts baptismaux
F.R. - LE MONITEUR.FR - Publié le 20/04/16 à 16h52
Alain Vidalies a présenté, mercredi 20 avril, l’ordonnance créant la société de projet qui portera la construction du futur canal Seine-Nord Europe.

C’est un pas supplémentaire en direction du grand projet de canal Seine-Nord Europe. Le secrétaire d’Etat en charge des Transports, Alain Vidalies, a présenté lors du conseil des ministres du 20 avril l’ordonnance relative à la création de la Société du Canal Seine-Nord Europe. Une avancée immédiatement saluée par son collègue ministre de la Ville, Patrick Kanner.


Création de la Société du #CanalSeineNord, étape décisive ds la réalisation de ce gd projet pr la région #HautsDeFrance @AVidalies @RPauvros

— Patrick Kanner (@PatrickKanner) April 20, 2016

Cette nouvelle société de projet regroupera dans son conseil de surveillance partenaires financiers, Etat et collectivités. Elle se voit assigner un double objectif. D’abord et avant tout, elle doit réaliser cette infrastructure fluviale majeure dans le cadre d’un partenariat public-privé (PPP). Ensuite, une mission de développement économique en lien avec cette infrastructure lui est fixée. Marc Papinutti, directeur général de Voies navigables de France (VNF), poursuit sa mission de préfiguration de cette société jusqu’à l’installation des instances de gouvernance et le transfert de la maîtrise d’ouvrage des VNF à la Société du Canal Seine-Nord Europe.

A partir de 2023, le canal Seine-Nord Europe reliera les bassins de la Seine et de l’Oise aux 20 000 kilomètres du réseau fluvial européen à grand gabarit. Chiffré à 2,3 milliards d’euros, ce projet sera, pendant la période 2017-2019, financé à plus de 40% par l’Europe. Une convention de financement entre la France, la Wallonie, la Flandre et la Commission européenne a été signée en ce sens le 1er décembre 2015.

Suite à l’avis favorable de la commission d’enquête début 2016, la déclaration d’utilité publique (DUP) pourrait être obtenue début 2017. Si la procédure suit son rythme, les travaux – menés sous la procédure « grand chantier » qui permet notamment d’ouvrir les marchés à l’emploi local et aux PME- pourraient débuter dès l’année prochaine.

http://www.lemoniteur.fr/article/la-soc ... x-32118804


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 24 Avr 2016 19h14 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4031
Localisation: LA ROCHELLE
Gouvernance, finances… Ce que l’on sait de la future Société du Canal Seine-Nord Europe
LE MONITEUR.FR - Publié le 22/04/16 à 17h15

L’établissement public qui construira le canal reliant les bassins de la Seine et de l’Oise associe les différents acteurs concernés par ce projet. Une ordonnance précise ses missions, son organisation et ses revenus.
L’acte de naissance de la structure chargée de la maîtrise d’ouvrage du canal Seine-Nord est publié. Deux jours après sa présentation en Conseil des ministres, l’ordonnance créant la Société du Canal Seine-Nord Europe est parue au Journal officiel le 22 avril. Elle détaille les modalités de fonctionnement de cette nouvelle entité constituée spécifiquement pour réaliser les travaux de ce grand projet d’infrastructure, dont le premier coup de pioche devrait être donné dès 2017.

Placé sous l’autorité du ministre des Transports, cet établissement public d’Etat à caractère industriel et commercial se voit assigner comme mission principale de mener à bien la construction du canal reliant Compiègne et Aubecheul-au-Bac. Il est aussi chargé de favoriser le développement économique, en lien avec ces travaux. Une mission subsidiaire pourra enfin lui être confiée par l’Etat : mettre au gabarit européen la section de l’Oise située en aval du canal, entre Creil et Compiègne.
Pour mener à bien cette mission, la Société du Canal Seine-Nord Europe prend le relais des Voies navigables de France (VNF). Tous les contrats, conventions, marchés, études, etc., déjà signés par VNF dans le cadre de ce grand projet sont transférés à cette nouvelle entité.



Toutes les parties associées


Conçue pour associer toutes les parties prenantes, nationales et locales, de ce projet, la gouvernance de cette société se compose d’un directoire de trois personnes nommées par décret et d’un conseil de surveillance. Les membres de ce dernier seront, au moins pour moitié, désignés par l’Etat. Un représentant de VNF, une personnalité qualifiée, un député, un sénateur et des élus des collectivités finançant le projet complèteront cet organe. Enfin, un comité stratégique épaulera le conseil de surveillance.

Côté recettes, ce sont les différentes institutions publiques –collectivités, Etat, mais aussi Union européenne, finançant 40% de l’investissement jusqu’en 2019- qui mettront la main à la poche. A noter que les montants investis par les collectivités territoriales pour réaliser cette infrastructure sont éligibles au Fonds de compensation de la taxe sur la valeur ajoutée (FCTVA), une disposition qui n’existait pas jusqu’à présent.



Une disparition programmée


La tâche de cette nouvelle société s’annonce colossale mais sa vie ne sera qu’éphémère. « Au fur et à mesure de l’achèvement de tronçons de l’infrastructure, le domaine public fluvial géré par l’établissement public Société du Canal Seine-Nord Europe est confié par arrêté du ministre chargé des transports à Voies navigables de France » précise l’ordonnance. Le texte prévoit même la disparition de la société qu’il crée. « L’établissement public Société du Canal Seine-Nord Europe est dissout au plus tard à la date la plus tardive entre, d’une part, les douze mois qui suivent l’achèvement complet et la réception des travaux (…) et, d’autre part, la date d’extinction des obligations contractées aux fins des missions définies à ce même article. »

Cette disparition devrait donc intervenir après 2023, date attendue de la mise en service de cette vaste infrastructure dont le coût est estimé à 2,3 milliards d’euros.

http://www.lemoniteur.fr/article/gouver ... e-32141742


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 20 Mai 2016 21h46 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4031
Localisation: LA ROCHELLE
Le Canal Seine Nord Europe désormais « irréversible »
Olivier Baumann - LE MONITEUR.FR - Publié le 20/05/16 à 15h59
Le tour de table financier du grand projet qu’attendent tant les entreprises de travaux publics serait sur le point d’être bouclé. Après l’Etat et l’Europe, toutes les collectivités locales concernées ont confirmé leur engagement financier, à l’exception de l’Ile-de-France, qui devrait selon toute vraisemblance répondre bientôt à l’appel. Si toutes les procédures administratives et opérationnelles en cours et à venir suivent le calendrier fixé, le premier coup de pioche devrait être donné fin 2017 ou début 2018.
© VNF - Le tracé du canal comprend 4 secteurs de maîtrise d'oeuvre.

« Toutes les conditions sont désormais réunies pour faire du Canal Seine Nord Europe (CSNE) un projet irréversible ! » En introduction du colloque organisé le 19 mai à Beauvais par la chambre de commerce et d’industrie de l’Oise sur le grand projet, Rémi Pauvros, le député du Nord, personnalité incontournable du CSNE, s’est montré extrêmement confiant sur la capacité du projet à aboutir enfin.
Alors que le Président de la République et le Premier ministre en ont fait officiellement une priorité, que l’Europe s’est engagée en décembre 2015 à en financer 42% des coûts de construction sur la période 2014-2020 (980 millions d’euros sur 2,326 milliards éligibles), et que la création d’une société de projet ad hoc a été entérinée par une ordonnance en avril dernier, le tour de table financier serait enfin sur le point d’être bouclé, pour un coût global sur la durée du chantier (2017-2023) évalué entre 4,5 et 4,8 milliards d’euros.
L’Ile-de-France manque toujours à l’appel
Le 25 avril, lors d’une réunion avec le secrétaire d’Etat aux transports Alain Vidalies, les collectivités concernées, qui doivent contribuer à hauteur de 1 milliard d’euros, ont en effet toutes confirmé leur engagement financier. Toutes sauf la région Ile-de-France, qui « traîne encore des pieds pour mettre sa part de 220 millions d’euros sur la table », a lancé Rémi Pauvros, qui n’imagine pourtant pas que la région capitale ne finisse pas par valider sa contribution, « minime au regard de son budget global ». Quant à la contribution de l’Etat, qui doit mettre 1 milliard d’euros au pot, elle devrait être assurée par l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (Afitf).
Le solde, soit environ 700 millions d’euros, pourrait être financé sous forme d’emprunt par la société de projet. Dans ce cas, « il pourrait être remboursé par la mise en place d’une redevance du type Eurovignette III », a redit Rémi Pauvros, ce qui pourrait se traduire par la mise en place d’un « sur-péage » pour les poids lourds circulant sur l’autoroute A1, parallèle au canal. Si les options de financement de cette part complémentaire ne sont pas encore tranchées, ceci ne constitue en tout cas « pas une contrainte au démarrage des travaux », affirme Nicolas Bour, Directeur des liaisons européennes et de l’innovation de Voies navigables de France (VNF) qui précise que si un emprunt est contracté, il le sera plutôt à un moment proche de la mise en service totale du canal, afin de pouvoir « générer rapidement les recettes nécessaires à son remboursement ».
Un premier coup de pioche fin 2017, début 2018
Dans l’hypothèse où l’Ile-de-France validerait sa contribution prochainement, le premier coup de pioche du canal est toujours officiellement attendu « pour 2017 ». Il est vraisemblable que celui-ci soit donné en toute fin d’année, voire début 2018 tant le calendrier à tenir pour arriver jusque-là est serré. Plusieurs étapes restent à franchir. Du côté des procédures administratives « la dernière réserve sur l’enquête publique a été levée le 23 mars », se réjouit Nicolas Bour. Si bien que la déclaration d’utilité publique (DUP) est espérée « en fin d’année ou début 2017 ». Quant au dossier Loi sur l’eau (8 à 9 mois de procédure) et à l’enquête parcellaire, « ils ont été anticipés » et seront réalisés parallèlement à l’avancement des marchés de maîtrise d’œuvre.
Lancement des appels d’offres travaux mi-2017
Du côté des marchés justement, les ingénieristes présélectionnés pour la maîtrise d’œuvre et la supervision des travaux du secteur 1, à l’extrémité sud du tracé, ont jusqu’au 5 juillet pour remettre leurs offres à VNF. Le marché devrait logiquement être notifié « à l’automne », selon Nicolas Bour. L’équipe de maîtrise d’œuvre retenue devra ensuite plancher pour permettre un lancement des appels d’offres pour les marchés de travaux de la section 1 (600 millions d’euros de travaux) à la mi-2017. Des marchés de travaux qui devraient être assez largement allotis, selon des « tailles qui permettent de les ouvrir de façon raisonnable », analyse Nicolas Bour, qui enjoint les entreprises du territoire à mutualiser leurs moyens pour partir ensemble sur les lots du chantier et limiter les niveaux de sous-traitance au rang 2. Elles pourront pour cela bénéficier de la procédure « Grand Chantier » qui permet notamment d’ouvrir les marchés à l’emploi local et aux PME.
Les marchés relatifs aux trois autres secteurs de l’infrastructure seront lancés dans l’ordre et progressivement. Le lancement de l’appel à candidature pour la maîtrise d’œuvre du secteur 2, le plus important du tracé (1,7 milliard d’euros de travaux) serait prévu très prochainement, début juin probablement.

http://www.lemoniteur.fr/article/le-can ... e-32299360


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 28 Mai 2016 11h52 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4031
Localisation: LA ROCHELLE
Transport fluvial 27/05/2016

Fluvial : finaliser le plan de financement du projet Seine-Nord Europe

Le secrétaire d’État chargé des Transports a fait le point sur le projet de canal à grand gabarit, dont la mise en service est prévue en 2023, lors de l’assemblée générale annuelle de l’Association Seine-Nord Europe (ASNE). Le gouvernement reste "totalement mobilisé".
"La mobilisation du gouvernement de­meure totale sur le projet de canal à grand gabarit Seine-Nord Europe, a déclaré Alain Vidalies, secrétaire d’État aux Transports, lors de l’assemblée générale annuelle de l’Association Seine-Nord Eu­rope (ASNE), le 24 mai 2016 à Paris. Depuis septembre 2014 et l’engagement du Premier ministre Manuel Valls à réaliser cette infrastructure, ce projet, dont les enjeux sont économiques, sociaux et environnementaux pour la France, a connu des avancées régulières. Sa mise en service est programmée pour 2023."


Un nouvel établissement public pour gérer la réalisation du canal

Alain Vidalies a rappelé que le dernier événement important pour le projet a eu lieu en avril, avec l’ordonnance de création de la société de projet Seine-Nord Europe. Celle-ci va gérer la réalisation du canal dans le cadre d’une maîtrise d’ouvrage public. "Ce nouvel établissement public va associer l’État et les collectivités territoriales en cohérence avec leurs engagements financiers. Il va permettre une gouvernance partagée et partenariale du projet dans une démarche fédératrice", a précisé le secrétaire d’État.

De son côté, Voies navigables de Fran­ce (VNF) avance sur les procédures administratives néces­saires à la réalisation de l’ouvrage. L’établissement gère aussi le processus opérationnel qui va mener à la mise en place concrète de la société de projet, sans doute d’ici à la fin de l’année.



Les inquiétudes des ports entendues

"Aujourd’hui, il nous faut boucler le financement du projet, dont le coût total actualisé atteint 5,5 Md€", a continué Alain Vidalies. Une mission a été désignée sous l’égide de deux fonctionnaires pour finaliser le plan de financement entre l’État, qui apporte 1 Md€, et les collectivités territoriales, qui doivent contribuer au même niveau que l’État. L’Union européenne subventionne le projet à hauteur de 980 M€.

"L’ensemble des collectivités doit répondre présent, a indiqué Alain Vidalies. L’Île-de-France n’est pas encore au rendez-vous aujourd’hui. Mais nous n’avons pas de doute sur le fait que les négociations aboutiront à un accord équilibré." Le secrétaire d’État a ensuite assuré que les "inquiétudes des ports normands et de l’axe Seine par rapport au projet ont été entendues", notamment avec des missions parlementaires en cours.

Enfin, pour Alain Vidalies, le développement des ports passe par une intermodalité renforcée : "Il ne doit pas y avoir d’opposition entre les modes ni entre les ports de France, qui sont et doivent être complémentaires. Il faut composer une équipe de France rassemblant les mondes portuaires et logistiques dans une ambition de développement nationale et partagée".

http://www.wk-transport-logistique.fr/a ... urope.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 30 Mai 2016 19h35 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4031
Localisation: LA ROCHELLE
Canal Seine-Nord Europe : le point sur l’organisation
Par la rédaction, le 27 mai 2016

À l’issue de deux colloques, les élus et professionnels du fluvial ont effectivement donné le coup d’envoi au projet de canal Seine-Nord Europe. Les travaux débuteront en 2017 ou 2018 pour une mise en service entre 2023 et 2025.

La société de projet, récemment créée et qui sera en charge de réaliser le canal Seine-Nord Europe, a été validée et sera investie dès septembre 2016. Le lancement des appels d’offres et les premiers travaux seront lancée dans la foulée. La déclaration d’utilité publique (DUP), quant à elle, est attendue début 2017. La région, les conseils régionaux du Nord-Pas-de-Calais et de la Picardie, ainsi que les départements se sont tous prononcés positivement sur le projet et ont réitéré leurs engagements.

Reste à confirmer la participation de la région Ile-de-France redevable d’une subvention de 210 M€. Un retard "regrettable" pour le secrétaire d’Etat Alain Vidalies. Sentiment partagé par l’ensemble des élus pour qui il est "difficile à comprendre" que la région "ne veuille pas s’engager alors que les marchandises qui transiteront par le futur canal alimenteront son bassin de vie", rapporte Environnement Magazine.

Crédit schéma : VNF
http://www.constructioncayola.com/infra ... sation.php


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 29 Sep 2016 12h55 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4031
Localisation: LA ROCHELLE
Politique 26/09/2016

Bientôt une société du canal Seine-Nord Europe

Lors du Conseil des ministres du 14 septembre, Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, et Alain Vidalies, secrétaire d’État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, ont présenté un projet de loi relative à la Société du canal Seine-Nord Europe.

Le 14 septembre en Conseil des ministres, Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, et Alain Vidalies, secrétaire d’État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, ont présenté un projet de loi ratifiant l’ordonnance n° 2016-489 du 21 avril 2016 relative à la Société du canal Seine-Nord Europe.


Création d'une société publique

L’ordonnance qu’il s’agit de ratifier par le projet de loi crée l’établissement public Société du canal Seine-Nord Europe. Celle-ci sera chargée de la réalisation de l’infrastructure fluviale de 107 km reliant les bassins de la Seine et de l’Oise au réseau européen à grand gabarit.

La Société du canal Seine-Nord Europe réunira au sein de ses organes de gouvernance l’ensemble des partenaires financiers du projet, État et collectivités territoriales intéressées. L’objectif fixé par le gouvernement est un démarrage des travaux en 2017 pour une mise en service en 2023.

http://www.wk-transport-logistique.fr/a ... #&panel1-1


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 26 Nov 2016 23h00 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4031
Localisation: LA ROCHELLE
Canal Seine-Nord: l’Ile-de-France confirme sa participation financière, mais diminuée de 100 millions d’euros
Olivier Baumann - LE MONITEUR.FR - Publié le 24/11/16 à 16h45

Avant une réunion stratégique le 28 novembre destinée à boucler le financement du Canal Seine-Nord Europe, la région Ile-de-France a confirmé qu’elle contribuerait bien au projet, à hauteur de 110 millions d’euros. Or la clé de répartition de financement du projet lui en attribuait 210 millions !

Elle était la dernière collectivité territoriale concernée par le projet à ne pas avoir confirmé sa participation financière. Dans un communiqué du 24 novembre, la région Ile-de-France annonce que Valérie Pécresse, sa présidente, « a décidé de répondre favorablement à la demande de Xavier Bertrand, président de la Région Hauts-de-France, de contribuer au Canal Seine-Nord Europe ». Une bonne nouvelle a priori, sauf que la région indique « engager une participation exceptionnelle et forfaitaire de 110 millions d’euros » pour le projet.

Or, comme le rappelait le 17 novembre devant les sénateurs le secrétaire d’Etat aux transports Alain Vidalies , »la région Ile-de-France doit apporter 210 millions d’euros ». 100 millions d’euros manqueraient donc encore à l’appel. Contacté par le Moniteur, le secrétariat d’Etat aux transports « prend acte de cette annonce, qui est effectivement inférieure à l’engagement annoncé initialement ».

L’annonce de cet engagement en demi-teinte de l’Ile-de-France est faite quelques jours avant la réunion décisive du 28 novembre entre Alain Vidalies et les collectivités locales, destinée à boucler le tour de table financier du projet. Une réunion dont l’ambiance pourrait être d’autant plus électrique que le coût des travaux, initialement estimé à 4,5 milliards d’euros, pourrait être revu à la hausse. Nos confrères du Parisien évoquent ainsi une enveloppe désormais comprise entre 5,3 et 5,7 milliards d’euros. Un montant non confirmé par le secrétaire d’Etat, qui a néanmoins évoqué devant les Sénateurs une « actualisation des prix ».

http://www.lemoniteur.fr/article/canal- ... s-33718212


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 27 Nov 2016 16h38 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4031
Localisation: LA ROCHELLE
Des bénéfices du canal Seine-Nord Europe pour l’Ile-de-France

L’exécutif francilien n’a toujours pas confirmé une contribution de la Région au financement du projet de canal Seine-Nord Europe/Seine-Escaut. Pour le convaincre, une contribution précisant les bénéfices de cette infrastructure a été publiée par l’Association Seine-Nord Europe (ASNE).
Lors des réunions organisées ces derniers mois sur le projet de canal Seine-Nord Europe (SNE), un leitmotiv est toujours revenu au cours des débats : le silence persistant de l’exécutif francilien et de sa présidente Valérie Pécresse sur une contribution de la Région au financement de cette nouvelle infrastructure, à la différence de l’ensemble des autres collectivités territoriales concernées.


Six points clés

À plusieurs reprises, lors de ces réunions, l’idée a été émise de la nécessité de faire connaître précisément à la présidence de la Région Ile-de-France (IDF) les bénéfices économiques du canal Seine-Nord Europe/Seine-Escaut. C’est l’association Seine-Nord Europe (ASNE) qui s’est chargée du travail et a rédigé un document mettant een avant "6 points clés pour l’IDF" :
◾10 000 à 13 000 emplois créés pendant le chantier entre 2017 et 2023. Il s’agit d’emplois directs et indirects créés chaque année dans les régions concernées ;
◾Grâce à la procédure"Grand Chantier" pour l’emploi local, le chantier bénéficiera d’abord à l’économie des deux régions concernées. Après la mise en service du projet, le développement de la logistique en IDF constituera un levier de création d’emplois pérennes ;
◾la compétitivité des entreprises améliorée grâce à un coût du transport divisé par deux. Grâce à son efficacité économique et environnementale, SNE améliorera la compétitivité du tissu économique francilien, l’attractivité et l’accessibilité des collectivités situées en zone dense, via le réseau fluvial et portuaire francilien ;
◾Situés le long de cette future liaison fluviale, les ports intérieurs et les plates-formes multimodales constitueront des lieux propices à l’implantation de nouvelles activités logistiques, économiques et industrielles ;
◾l’IDF placée au cœur d’un réseau fluvial à très grand gabarit. Seine-Escaut renforcera la position stratégique de l’IDF au cœur de l’Europe occidentale et l’arrimera à l’arc fertile européen, qui réunirait alors le Grand Paris et l’axe Seine à l’axe rhénan et à la banane bleue européenne ;
◾Figurant parmi les 5 projets majeurs de l’Union européenne (UE) en matière de transport, SNE bénéficie d’un cofinancement européen de 50 % pour les études et de 40 % pour sa réalisation. Les équipements connexes à SNE sont également éligibles à des financements européens complémentaires.

http://www.wk-transport-logistique.fr/a ... rance.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 10 Déc 2016 16h20 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4031
Localisation: LA ROCHELLE
Un consensus autour de l’axe Seine aux Assises de la Normandie

Publié le 08/12/2016 19:27

Le consensus a été général, le jeudi 8 décembre au Havre, lors des premières assises des acteurs du territoire normand, organisées par le groupe Ouest-France : le développement de l’axe Seine, essentiel en termes d’économie et d’emploi passe par l’amélioration de son axe ferroviaire et l’offre foncière pour l’implantation des entrepôts logistiques.

Si Stéphane Courcoux, directeur général France de Bolloré ports (40 implantations en Normandie, mille collaborateurs) a été très critique sur l’utilité du terminal multimodal du Havre en termes de délais et coûts supplémentaires, tous ont estimé que le canal Seine-nord n’était pas une menace pour les ports normands. Ce, dans la mesure où l’on était « agressif sur l’axe ouest-est », a rappelé Hervé Martel, vice-président d’Haropa.

La mer et la pêche, l’innovation et la culture étaient au cœur de cette manifestation qui a accueilli près de 300 participants. Le Havre, place incontournable de l’économie maritime, accueillera également la prochaine édition des Assises de l’économie de la mer, les 21 et 22 novembre 2017.

http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... -normandie


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 19 Déc 2016 12h56 
Hors ligne

Inscription: 26 Oct 2012 11h33
Messages: 468
ça va être encore ,un sacré chantier.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 19 Jan 2017 12h42 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4031
Localisation: LA ROCHELLE
Citation:
Les travaux "avant la fin de l’année"
Rappelons que le projet de canal à grand gabarit reliera, sur 107 km, les bassins de la Seine et de l’Oise au réseau européen du nord de l’Europe. Les premiers travaux majoritairement financés par l’Union européenne devraient démarrer "avant la fin de l’année", a également précisé le secrétaire d’État aux Transports.


http://www.actu-transport-logistique.fr ... 330779.php


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 23 Avr 2017 13h58 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4031
Localisation: LA ROCHELLE
Canal Seine-Nord Europe : l’instance de gouvernance installée
Publié le 20/04/2017 19:58

La première réunion du conseil de surveillance de la société du Canal Seine Nord-Europe s’est tenue le jeudi 20 avril. Elle a marqué l’installation de ses instances de gouvernance.

Rémi Pauvros, député du Nord, a été élu président du conseil de surveillance de la société du Canal Seine Nord-Europe, et Gérald Darmanin, vice-président du conseil régional des Hauts-de-France, vice-président.

« Depuis 2012, le Gouvernement s’est engagé fortement dans la relance et la reconfiguration de ce projet, obtenant notamment en 2015 un financement européen à hauteur de 40% du coût des travaux pour 2014-2019, rappelle Alain Vidalies, le secrétaire d’Etat aux Transports dans un communiqué. L’engagement de l’Etat et des collectivités a par ailleurs permis la signature du protocole de financement et de gouvernance le 13 mars 2017. »

Le décret relatif à la société du Canal Seine-Nord Europe a été publié le 30 mars 2017. Le président de la République, François Hollande, a annoncé le 5 avril que les premiers travaux pourront être engagés dès cette année.

http://www.actu-transport-logistique.fr ... 343583.php


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 27 Avr 2017 21h58 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4031
Localisation: LA ROCHELLE
Canal Seine Nord Europe «solidaire»: mode d’emploi
Olivier Simon - LE MONITEUR.FR - Publié le 27/04/17 à 14h15

Six collectivités locales participent au financement de la construction du canal Seine Nord Europe, évaluée à 4,5 milliards d’euros. Elles attendent en contrepartie des retombées sur l’emploi local, notamment en matière d’insertion des publics éloignés de l’emploi. Elles ont pour cela rédigé un rapport de près de 50 pages, qui décrit comment intégrer la clause d’insertion dans les marchés du futur canal.

Si le président (LR) de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, met en avant sa volonté d’intégrer dans ces chantiers la «clause Molière» (*), les départements traversés par le canal (Nord, Oise, Pas-de-Calais, Somme, Aisne et Val-d’Oise) misent, eux, sur une autre clause, beaucoup plus solide sur le plan juridique: la clause d’insertion par l’activité économique. Participant largement au financement des travaux de l’ouvrage, à l’instar des régions Ile-de-France et Hauts-de-France, les départements, malgré leurs finances exsangues, exigent des retombées sur les territoires et entendent donner priorité à l’emploi local.

Pour remporter un marché, les entreprises devront s’engager à employer des personnes éloignées de l’emploi et à les former. «C’est la garantie de créer de l’emploi local, dans le respect des règles de la commande publique», explique Pascale Bantegnies, directrice de la mission canal Seine Nord Europe au département du Pas-de-Calais.

Deux ans de simplification et d’harmonisation

À la demande de l’État, les six départements se réunissent depuis deux ans pour simplifier la mise en œuvre de cette clause d’insertion. «Nous avons fait un important travail d’harmonisation pour éviter que les demandes changent d’un territoire à l’autre», explique Pascale Bantegnies, qui pilote un groupe de travail intitulé «canal solidaire». La fédération régionale des travaux publics a été associée à la réflexion.

Les entreprises lauréates recevront, lors de la notification du marché, le numéro d’un référent habilité à parler au nom des conseils départementaux. Ce «coordonnateur» les aidera à mettre en œuvre des parcours d’insertion. Il fera le lien avec les maisons de l’emploi et les Plie (Plans locaux pour l’insertion par l’emploi), pour repérer des bénéficiaires du RSA, des chômeurs de longue durée, des jeunes en recherche d’emploi, des travailleurs handicapés ou encore des seniors. Des pénalités pourront être appliquées en cas de non-respect de l’engagement pris par l’entreprise.

Une vingtaine de marchés ont déjà la clause

La démarche est lancée: une vingtaine de marchés du canal Seine Nord Europe, notifiés ou en cours de consultation, comportent déjà une clause d’insertion. Ce n’est qu’un début puisque le chantier devrait créer entre 3 000 et 6 000 emplois directs par an, selon la mission de préfiguration pilotée par Rémi Pauvros à la fin 2013.

Après des années d’attente, la construction du canal Seine Nord Europe devrait commencer cette année. François Hollande l’a annoncé au cours d’un de ses derniers déplacements comme président de la République, au début d’avril 2017 à Venette et à Noyon. Le véritable coup d’envoi a été donné le 20 avril 2017 lors du premier conseil de surveillance de la Société du canal, présidée par Rémi Pauvros, député (PS) du Nord.

http://www.lemoniteur.fr/article/canal- ... i-34423123


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 11 Juil 2017 21h37 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2013 14h30
Messages: 906
Un peu de contenu....
Après cette impressionnante série de " notre posteur bien informé". ...
Donc notre élu des dieux ne semble pas convaincu par ce projet ?
Étonnant ?
Son père spirituel n'ayant pas agit pour ce chantier, pourquoi Manu se mouillerait il ?
On appelle ça les lendemains qui déchantent.

_________________
"Les gens peuvent sortir pour aller voir R.E.M. s’ils veulent des paroles profondes. Mais après la soirée, ils veulent rentrer et baiser. Et c’est là qu’AC/DC rentre en jeu." (Malcolm Young)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 12 Juil 2017 19h57 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4031
Localisation: LA ROCHELLE
Canal Seine-Nord : le gouvernement souhaite « une trajectoire de financement crédible »
AFP - Publié le 12/07/17 à 17h01

Lors de prochaines « Assises de la mobilité », la ministre des Transports Elisabeth Borne sera chargée de « construire une trajectoire de financement crédible pour financer l’ensemble des infrastructures qui ont été promises, mais dont on ne sait pas comment elles sont financées », a indiqué le Premier ministre, Edouard Philippe, lors de la séance de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale.

Interpellé à l’Assemblée nationale sur les inquiétudes quant à un éventuel nouveau report du chantier du canal Seine-Nord, le Premier ministre, Edouard Philippe a annoncé qu’il allait « échanger » à ce sujet « la semaine prochaine » avec le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, ainsi que d’autres élus du nord du pays, inquiets des annonces de l’exécutif sur une « pause » des grands projets d’infrastructure. « Nous allons sur ce sujet travailler et discuter avec ceux qui veulent faire avancer ce projet » et « nous allons voir dans quelle mesure nous pouvons, non pas rester dans ces incantations sur les nouvelles infrastructures dont nous voulons tous, mais tracer un chemin sérieux, crédible et efficace de financement de ces infrastructures », a-t-il affirmé.

C’est lors des prochaines « Assises de la mobilité », que la ministre des Transports Elisabeth Borne sera chargée de « construire une trajectoire de financement crédible pour financer l’ensemble des infrastructures qui ont été promises », a assuré le Premier ministre.

Edouard Philippe a également assuré avoir « conscience des interrogations suscitées par le président de la République », qui avait évoqué « une pause » sur les grands projets d’infrastructure, lors de l’inauguration de la ligne ferroviaire à grande vitesse entre Paris et Rennes le 1er juillet. « Pause » ensuite évoquée par les ministres Nicolas Hulot et Elisabeth Borne. Des déclarations de l’exécutif qui ont fait sortir de leurs gonds les élus nordistes, exaspérés par le spectre d’un énième report du projet.

http://www.lemoniteur.fr/article/canal- ... e-34646011


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 12 Juil 2017 20h01 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Aoû 2011 17h40
Messages: 4290
Localisation: pas loin du PK 148 A63 ASF
Et si il y avait que les élus nordistes qui ont été "cocufiés" :ptain:

_________________
Je suis Français et tolérant
Ne poussez pas papy dans les orties, vieux c.. il sait qu'il est, vieux, c.. il restera
Qui suis je ? viewtopic.php?f=108&t=11926
Ambianceur terNom de code :EAGLE IV


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 22 Juil 2017 18h54 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2013 14h30
Messages: 906
Comme papa, Super Manu va sans doute relancer quelques études hors de prix (et inutiles), et ne prendre aucune décision...

_________________
"Les gens peuvent sortir pour aller voir R.E.M. s’ils veulent des paroles profondes. Mais après la soirée, ils veulent rentrer et baiser. Et c’est là qu’AC/DC rentre en jeu." (Malcolm Young)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 23 Juil 2017 21h29 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2014 14h43
Messages: 2932
Morila a écrit:
Comme papa, Super Manu va sans doute relancer quelques études hors de prix (et inutiles), et ne prendre aucune décision...



allez fais un effort d'un post positif, quel que soit le sujet, avec photos, explications, bref un truc qui donne envie de lire du Morilla version RD2000 par exemple...
Parce que franchement, tu radotes avec ton Manu.

_________________
Il vaut mieux être détesté pour ce que tu es, plutôt qu'être aimé pour ce que tu n'es pas.....
Kurt Cobain
On ne peut pas avoir et vouloir quelque chose de vivant en restant simple spectateur.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 23 Juil 2017 22h00 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2013 14h30
Messages: 906
Pascal a écrit:

allez fais un effort d'un post positif, quel que soit le sujet, avec photos, explications, bref un truc qui donne envie de lire du Morilla version RD2000 par exemple...
Parce que franchement, tu radotes avec ton Manu.


J'aimerai, j'aimerai vraiment.
Mais voila...
Alors qu'on nous bassine sur l'écologie et les modes de transports doux, quelle contradiction !!!
Je suis convaincu que les prochains conflits auront pour origine l'eau.
Et là, un canal, c'est aussi une retenue d'eau.
OK, les lignes nouvelles (LGV) je peux comprendre, mais pour ce canal c'est débile de le remettre en cause.
Donc oui, le play boy me saoule, tout comme son père spirituel l'avait fait avant lui.
Pour ce qui est de la version RD2000, c'est une autre histoire.

_________________
"Les gens peuvent sortir pour aller voir R.E.M. s’ils veulent des paroles profondes. Mais après la soirée, ils veulent rentrer et baiser. Et c’est là qu’AC/DC rentre en jeu." (Malcolm Young)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 300 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 11, 12, 13, 14, 15

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com