Photos TP

Photos d'engins de Travaux Publics
Nous sommes le 09 Aoû 2020 20h34

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 114 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: 07 Avr 2016 17h41 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4605
Localisation: LA ROCHELLE
À La Réunion, la Nouvelle Route du Littoral s'esquisse

Par la rédaction, le 1er avril 2016
Le chantier de la Nouvelle Route du Littoral à La Réunion est désormais entré dans sa phase active. Les travaux s’accélèrent sur tous les fronts. Le point en ce mois d’avril 2016.

Le Viaduc du Littoral attend la barge Zourite qui vient de quitter la Pologne le 30 mars dernier après 16 mois de construction. Pour rappel, cette barge est destinée au transport et à la pose des éléments bas (piles) de l’ouvrage. 3 jours ont été nécessaires pour charger Zourite et une partie des moyens maritimes utilisés pour la réalisation du chantier sur un semi-submersible. La traversée de la Pologne à La Réunion durera 40 jours. Il faudra attendre fin juin donc pour voir cette flotte à l’oeuvre dans la baie de La Possession.

En prévision de l’arrivée de la barge, la production des éléments du Viaduc du Littoral s’accélère. 4 cellules de fabrication de voussoirs sont désormais opérationnelles et courant avril, 2 nouvelles cellules viendront compléter la chaîne de production. À ce jour, 16 voussoirs sont en stock, 4 semelles (parties basses des piles) et 2 fûts hauts (partie haute de la pile) ont été bétonnés. En parallèle, les 3 fardiers sont assemblés et prêts à l’emploi. Ils seront employés au transport des voussoirs. Côté travaux, la culée C49, le premier appui du viaduc au niveau de Grande Chaloupe, a vu débuter le forage de ses pieux.

Au niveau du Viaduc de la Grande Chaloupe, le coulage des voussoirs du fléau central est en cours et la réalisation des voussoirs sur la culée va débuter. Les éléments inférieurs des voussoirs sont préfabriqués directement sur le chantier puis assemblés sur l’équipage mobile avant de couler en place le béton de la partie supérieure.

À Grande Chaloupe toujours et bientôt côté Saint-Denis, les travaux de digues sont à l’oeuvre. Elles sont constituées d’un premier cordon d’enrochement, d’un noyau et de couches successives destinées à protéger la structure des embruns (ces dernières sont formées d’éléments en béton préfabriqués, les Accropodes, dont les 1ers rangs se trouvent sous la mer). Les pièces sont disposées par des scaphandriers qui travaillent main dans la main avec des grutiers.




Crédit : BTP Magazine
http://www.constructioncayola.com/infra ... res_160407


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 07 Avr 2016 19h00 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Aoû 2011 17h40
Messages: 4390
Localisation: pas loin du PK 148 A63 ASF
La fameuse "zourite" est sur son navire porteur pas très loin du cap Lizard (pointe sud est de l'Angleterre) pret à emprunter le rail d'Ouessant et affronter le golfe de Gascogne :tchin:

_________________
Je suis Français et tolérant
Ne poussez pas papy dans les orties, vieux c.. il sait qu'il est, vieux, c.. il restera
Qui suis je ? viewtopic.php?f=108&t=11926
Ambianceur terNom de code :EAGLE IV


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 02 Mai 2016 22h11 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4605
Localisation: LA ROCHELLE
Les grues, pièces maîtresses de la route la plus chère de France
Par la rédaction, le 29 avril 2016
Sur l’Ile de la Réunion, les travaux de construction de la nouvelle route du littoral, ne nécessiteront pas moins de 16 grues ! Manitowoc, Grove et Potain, les plus grandes marques ont été sollicitées pour réaliser ce projet colossal.

Installées en septembre 2015, les 16 grues ont été fournies par les entrepreneurs Vinci Construction Grands Projets et Bouygues TP, qui en possèdent certaines, et par Grues Levages Investissements (GLI), concessionnaire de Manitowoc pour l’île de la Réunion, Mayotte et l’île Maurice. Au final ce sont deux grues Potain MD 485B M20 à tour à montage par éléments d’une capacité de 20 tonnes, avec une flèche de 80 mètres, deux MDT 368 A de la gamme topless MDT, avec une longueur de flèche maximum de 75 m, une MD 560 B qui offre une capacité de 25 tonnes et peut lever jusqu’à 5,4 t en bout de flèche, une Potain k5-50C, grue à tour d’une capacité de 20 t, avec une longueur de flèche de 60 m, une grue sur chenilles Manitowoc 12000E-1 d’une capacité de 110 t et configurée avec une flèche de 70 m qui sont mobilisées sur ce projet.

Les grues automotrices routières Grove présentes sur le chantier comprennent une GMK2035, une GMK3060, une GMK4080-1, une GMK 5130-2, une GMK4100L, une GMK3055 et une GMK5220, leurs capacités de levage respectives allant de 35 à 220 tonnes. Quant aux deux grues tout-terrain qui complètent l’ensemble, il s’agit d’une RT540E et d’une RT760E. La première est équipée d’une flèche pleine puissance de 9,8 à 31 m en 4 sections, et la seconde offre une capacité maximum de 55 t.

Ce projet titanesque doit répondre à de nombreux défis en raison de sa structure construite en milieu maritime. Comme l’explique Christophe Simoncelli, vice-président des ventes de Manitowoc pour l’Europe occidentale et l’Afrique francophone : « Manitowoc a offert des solutions en termes de grues ainsi qu’une approche proactive de la gestion de ce projet. La marque Potain a été sélectionnée parce qu’elle est le leader mondial dans le domaine des grues à tour et qu’elle n’a cessé de faire ses preuves depuis longtemps. Les grues compactes Grove ont été choisies pour leur très grande souplesse sur les chantiers, tandis que la grue sur chenilles Manitowoc 12000E-1 offre, outre sa facilité d’utilisation et ses faibles besoins d’entretien, une maniabilité hors pair, sachant qu’elle peut être déployée et rétractée. De plus, GLI a fourni des grues de haut niveau ainsi qu’un service d’exception, qui en ont fait l’une des pièces maîtresses de la réussite de ce projet ».

http://www.constructioncayola.com/infra ... france.php


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 02 Mai 2016 22h45 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Aoû 2011 17h40
Messages: 4390
Localisation: pas loin du PK 148 A63 ASF
des nouvelles de Hawk ? :petard:

_________________
Je suis Français et tolérant
Ne poussez pas papy dans les orties, vieux c.. il sait qu'il est, vieux, c.. il restera
Qui suis je ? viewtopic.php?f=108&t=11926
Ambianceur terNom de code :EAGLE IV


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 12 Mai 2016 08h48 
Hors ligne

Inscription: 12 Mai 2016 08h02
Messages: 3
BASCO - LANDAIS a écrit:
des nouvelles de Hawk ? :petard:


Bonjour,
"ZOURITE" se trouvait hier à la pointe de l'Afrique du Sud. Il doit arriver dans les prochains jours sur l'île.

Vous pouvez suivre la navigation du navire sur ce liens :
http://www.marinetraffic.com/fr/ais/det ... /259848000

Cdt.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 12 Mai 2016 12h49 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Nov 2011 21h25
Messages: 4020
Localisation: Alsace
yéyé a écrit:
Bonjour,
"ZOURITE" se trouvait hier à la pointe de l'Afrique du Sud. Il doit arriver dans les prochains jours sur l'île.

Vous pouvez suivre la navigation du navire sur ce liens :
http://www.marinetraffic.com/fr/ais/det ... /259848000

Cdt.


Merci Yéyé,

je sens qu'on va user et abuser de ta présence sur l’Île Bourbon pour avoir des nouvelles de ce chantier :D

_________________
Costaud un jour, Costaud toujours !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: ZOURITE
MessagePosté: 18 Mai 2016 17h22 
Hors ligne

Inscription: 12 Mai 2016 08h02
Messages: 3
La méga barge "ZOURITE" est arrivé hier soir à la réunion à bord du semi-submersible "HAWK". :bravo:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Terrassement Viaduc
MessagePosté: 28 Mai 2016 18h36 
Hors ligne

Inscription: 28 Sep 2012 13h27
Messages: 3
Bonjour Messieurs,

Zourite est bien arrivé, c'est vraiment une belle bête.

Je vous mets les photos que j'ai pu prendre des terrassements liés au Viaduc et une de Zourite (vu de l'interieur). En terrestre, le chantier des digues a des bécanes de dingue! (250T Hitachi, 150T Hitachi et des 390 CAT en quantités.

Image

Image

Image

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 31 Mai 2016 21h28 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4605
Localisation: LA ROCHELLE
la méga-barge « Zourite » s’apprête à prendre le large
Anthony Laurent - LE MONITEUR.FR - Publié le 31/05/16 à 17h02

A la Réunion, le chantier de la Nouvelle Route du Littoral se poursuit. Une nouvelle étape vient d’être franchie avec le baptême d’une méga-barge hors norme. Dénommé « Zourite » – « pieuvre » en créole réunionnais –, ce navire-usine transportera et posera, dès cet été, les 48 piles du Viaduc du Littoral, jusqu’en 2018.

julkondoki - La méga-barge "Zourite" lors de son baptême officiel sur la commune du Port, à la Réunion, le 27 mai 2016.

Présenté comme « le plus grand viaduc en mer de France », le Viaduc du Littoral est, avec ses 5,4 kilomètres de long, l’ouvrage-phare du chantier de la Nouvelle Route du Littoral (NRL) sur l’île de la Réunion. Démarré en 2014, ce dernier doit donner naissance, à l’horizon 2020, à une infrastructure routière impressionnante de 12,5 kilomètres de long, entre les villes de Saint-Denis et de La Possession, respectivement au Nord et à l’Ouest de l’île. En plus du Viaduc du Littoral, cette nouvelle infrastructure est composée d’un second viaduc de 240 m de long – le Viaduc de la Grande Chaloupe –, de 6,7 kilomètres de digues et d’un échangeur, sur la commune de La Possession.

Pour ériger le Viaduc du Littoral à une hauteur de 20 à 30 m au-dessus du niveau de la mer, des moyens matériels exceptionnels sont mis en œuvre. Parmi eux, une méga-barge auto-élévatrice et autopropulsée hors norme, dont les dimensions (107 m de long pour 44 m de large) s’apparentent à celles d’un terrain de football. Baptisé vendredi dernier, lors d’une cérémonie officielle, « Zourite » – « pieuvre » en créole réunionnais –, ce navire-usine transportera et posera, dès cet été, les 48 piles en mer du futur viaduc (sur les 50 appuis que compte l’ouvrage dans sa totalité).

Une barge auto-élévatrice et autopropulsée grande comme un terrain de football

Comment ? « La barge chargera, un par un, les éléments des piles du viaduc – préfabriqués sur un site de production spécialement aménagé au Port – à l’aide d’un pont roulant d’une capacité de 4 800 tonnes, disposé à 33 m de hauteur au-dessus du pont. Equipée de son propre système de propulsion, elle se dirigera ensuite en mer, où elle se hissera et se stabilisera sur ses huit « jambes ». Elle ripera puis placera alors, avec une grande précision et en s’affranchissant au maximum de la houle, les éléments préfabriqués au fond de l’océan », résume Alain Gagey, directeur de projet NRL pour Egis, maître-d’œuvre du chantier.

Pour chacune des 48 piles de l’ouvrage, Zourite effectuera deux voyages. Le premier consistera à mettre en place la semelle de fondation et la partie basse du fût de pile. Le second permettra de poser la partie haute du fût de pile et le chevêtre associé, ainsi que le méga-voussoir sur pile (la section du tablier à la verticale de la pile). « Les 150 éléments préfabriqués des piles du Viaduc du Littoral seront ainsi mis en œuvre, en toute sécurité, sur une période de 24 mois, d’ici l’été 2018, au rythme moyen d’un appui en mer tous les 15 jours », indique Alain Gagey. Selon la Région Réunion, maître d’ouvrage du chantier de la Nouvelle Route du Littoral, Zourite est « inédite de par ses fonctions auto-élévatrice et autopropulsée. » Un peu moins d’un an et demi aura été nécessaire pour sa construction, dans le chantier naval Crist, en Pologne.

http://www.lemoniteur.fr/article/nouvel ... e-32372401


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Juin 2016 22h34 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4605
Localisation: LA ROCHELLE
Zourite : La Réunion baptise sa méga barge
Par Sébastien Battaglini, le 31 mai 2016

A La Réunion, la méga-barge Zourite a été baptisée vendredi 27 mai en présence de Didier Robert, le président de la région. Cette imposante structure flottante rappelle le gigantisme de la nouvelle route du littoral au coût colossal de 1,6 Md€.

Une somme nécessaire pour ce nouvel axe construit sur la mer et capable de résister aux pires fureurs de l’océan indien (houle cyclonique centennale).
Zourite, du nom d’un céphalopode local, sera capable de porter les piles préfabriquées du viaduc jusqu’à leur lieu de pose. Longue de 107 m et large de 44 m, elle dispose d’un pont roulant de 4 800 t à 33 m de haut. Une large échancrure à l’arrière de la barge (voir photo) permettra de manœuvrer en finesse pour poser les 48 piles en mer. Chaque pile est composée d’une embase (4 800 t. et 23 m de diamètre) et d’une tête de pile (2 300 t.) et devra supporter un méga voussoir de 2 400 t. qui correspond à l’amorce du tablier sur chaque pile.

Pour porter ces éléments et les poser à 25 m de profondeur sans être ballotée par les flots, Zourite pourra s’élever sur ses 8 jambes dont chacune possède une capacité unitaire d’élévation de 4 000 t. Zourite devra installer les 150 éléments préfabriqués les plus lourds sur une période de 24 mois.

En photo : la méga barge Zourite et ses 8 jambes. © BTP Magazine
http://www.constructioncayola.com/infra ... res_160602


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 28 Juil 2016 21h42 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4605
Localisation: LA ROCHELLE
Réunion : le Viaduc du Littoral prend la mer
Par la rédaction, le 26 juillet 2016

Ouvrage principal de la Nouvelle Route du Littoral de La Réunion, le Viaduc du Littoral s’apprête à entrer dans une phase cruciale avec le début des travaux maritimes. Le point sur les opérations visibles en mer dans les prochaines semaines.

Fin juillet, la barge Zourite débutera ses essais en mer pour réaliser des manoeuvres de positionnement et d’auto-élévation de la plateforme. Elle procèdera ensuite à la pose de la première pile en mer avec le chargement à quai (Port Est) de la première embrase début août qu’elle acheminera en mer au niveau de la Grande Chaloupe. La barge enchaînera enfin avec la pose de la tête de pile et du voussoir sur pile, première section du tablier. Les travaux en mer deviendront visibles avec la première pile P48 fin août. La pose de la seconde pile P47 interviendra fin septembre-début octobre en seulement 2 voyages (embase, puis tête de pile avec voussoir sur pile).

À La Grande Chaloupe, le premier appui du viaduc (culée) est en construction sur la digue D2 côté Est. Le bétonnage de la semelle a été réalisé en juin et les travaux se poursuivent. Pour acheminer les voussoirs courants qui constitueront le tablier du viaduc, les 3 fardiers, véhicules de 35 ml, 5 m de large et équipés de 216 roues, seront transférés fin septembre-début octobre du Port Est jusqu’à la Grande Chaloupe.

Après son montage jusqu’à fin juillet au niveau du tenon du Port Est et ses essais en août, le lanceur de 278 ml sur 28 mètres de haut permettra la mise en place des voussoirs dès le mois d’octobre. Une fois acheminés par les fardiers, les éléments du tablier seront mis en oeuvre par ce portique mobile et assemblés de chaque côté des voussoirs sur pile. Le lanceur avancera au fur et à mesure de la construction du viaduc.

En parallèle, les usines de préfabrication continuent leur cadence de production. Les 2 cellules des voussoirs su pile, la cellule des voussoirs sur culée, les 6 cellules des voussoirs courants et le banc de coffrage des voussoirs de travée de rive sont opérationnels. La préfabrication des piles pour sa part se poursuit et l’assemblage de la première section du tablier est en cours.



La méga-barge zourite, et ses 8 bras, est l’élément clé de la fabrication du viaduc car c’est elle qui va amener et poser les éléments les plus lourds.
http://www.constructioncayola.com/infra ... res_160728


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 01 Sep 2016 13h00 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4605
Localisation: LA ROCHELLE
http://www.constructioncayola.com/infra ... res_160901
La méga-barge Zourite au travail sur la NRL à la Réunion

Par S. B., le 31 août 2016
https://www.youtube.com/watch?v=KV9KwsCJeFc


Pour mettre en place les énormes éléments du viaduc de la Nouvelle Route Littoral (NRL) à la Réunion, il a fallu faire intervenir une méga-barge. Baptisée Zourite, elle a en charge le transport et la mise en place de charge de plusieurs milliers de tonnes en pleine mer.

Zourite est barge autoélévatrice réalisée sur mesure pour la construction du Viaduc du Littoral. Elle est hors-norme pour répondre aux conditions de construction spécifiques du projet. Cette barge de travail a été conçue et construite sur mesure pour le transport et la pose en mer des colis lourds du viaduc. Elle est équipée de huit jambes de capacité unitaire d’élévation de 4 000 tonnes, d’un pont roulant de 4 800 tonnes à 33 mètres de hauteur, d’une propulsion et d’un positionnement dynamique, de lignes d’ancrage et d’une centrale à béton.
D’une longueur totale de 107 m, elle fait 44 m de large et peut se propulser à 3,5 nœuds.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 05 Sep 2016 21h16 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4605
Localisation: LA ROCHELLE
les premières piles du viaduc du Littoral sortent de mer
Anthony Laurent - LE MONITEUR.FR - Publié le 05/09/16 à 16h04

Près de trois ans après son lancement officiel, le chantier de la Nouvelle Route du Littoral (NRL), sur l’île de la Réunion, vient de franchir une nouvelle étape. Cet été, la méga-barge « Zourite » a commencé la pose des premiers éléments des piles du viaduc du Littoral, l’ouvrage emblématique de la NRL.

© Laurent de Gebhardt - le studio 360 - La méga-barge "Zourite", le 30 août dernier, lors de la pose du premier élément préfabriqué de la première pile du viaduc du Littoral sur le chantier de construction de la Nouvelle Route du Littoral (NRL), sur l'île de la Réunion.

Inaugurée en grande pompe en mai dernier, lors d’une cérémonie officielle en présence du président de la Région Réunion, Didier Robert, la méga-barge « Zourite » est entrée en piste sur le chantier de la Nouvelle Route du Littoral (NRL) le 30 août dernier. L’objectif de ce navire-usine, dont les dimensions s’apparentent à celles d’un terrain de football (107 mètres long pour 44 mètres de large) ? Transporter et poser, d’ici 2018, les 48 piles en mer du viaduc du Littoral, l’ouvrage emblématique de la NRL, long de 5,4 kilomètres, construit par le groupement d’entreprises composé de Vinci Construction Grands Projets, Dodin Campenon Bernard, Bouygues Travaux Publics et Demathieu Bard Construction.

Conçue et construite sur-mesure pour le chantier réunionnais, cette méga-barge auto-élévatrice et autopropulsée « hors norme » est dotée de huit « jambes » de 55 mètres de haut et de 4 000 tonnes de capacité unitaire d’élévation, lui permettant de se hisser et de se stabiliser au-dessus du niveau de la mer. Elle est également équipée de deux ponts roulants d’une capacité totale de 4 800 tonnes, installés à 33 mètres de hauteur, au-dessus du pont. Ces derniers servent à charger les éléments préfabriqués des piles du viaduc avant de les placer, avec une grande précision et en s’affranchissant au maximum de la houle, au fond de l’océan, à une profondeur maximale de 17 mètres.



Une pile en mer tous les 15 jours



Pour chacune des 48 piles de l’ouvrage, Zourite effectuera deux voyages. Le premier consistera à mettre en place la semelle de fondation et la partie basse du fût de pile. Le second permettra de poser la partie haute du fût de pile et le chevêtre associé ainsi que le méga-voussoir sur pile (la section du tablier à la verticale de la pile). Au total, 144 éléments préfabriqués seront mis en place, sur une période de 24 mois, au rythme moyen d’un appui en mer tous les 15 jours. Une fois érigé, le viaduc du Littoral culminera à une hauteur comprise entre 20 et 30 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Construite sur le chantier naval Crist, en Pologne, Zourite a été acheminée jusqu’au Port, à l’ouest de l’île de la Réunion, au printemps dernier par navire semi-submersible. La méga-barge désormais pleinement opérationnelle, l’ouvrage phare de la NRL voit ainsi sa réalisation se concrétiser. La nouvelle infrastructure, qui compte également un second viaduc de 240 mètres de long, 6,7 kilomètres de digues et un échangeur, devrait être livrée en 2020.

http://www.lemoniteur.fr/article/nouvel ... r-33213051


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 15 Sep 2016 16h42 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4605
Localisation: LA ROCHELLE
pub SPIE Fondations (SPIE Batignolles) sur Chantiers de France

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 18 Sep 2016 22h10 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4605
Localisation: LA ROCHELLE
Image

du net


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 02 Oct 2016 13h38 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Sep 2013 10h41
Messages: 3290
Localisation: Doubs(25)
Nouvelle venue sur le chantier chez Sneijder :love1:

Photo prise par Laurent T.
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 02 Oct 2016 14h16 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 16 Oct 2011 21h13
Messages: 110
Localisation: Saint Gilles Croix de Vie
Et sinon c'est le salon internationnal de la pelle "long reach"...?!
Truc de fou!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 09 Oct 2016 22h21 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4605
Localisation: LA ROCHELLE
https://www.youtube.com/watch?v=tc-GexUTzqM

https://www.youtube.com/results?search_ ... RL+REUNION

à laisser ou à prendre :jesors:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Guintoli_NGE
MessagePosté: 12 Nov 2016 16h30 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4605
Localisation: LA ROCHELLE
NRL : Début de l'enquête publique sur le projet de méga-carrière dans les hauts de St-André


Cette carrière pourrait alimenter près d’un tiers des besoins de la Nouvelle route du Littoral. Le projet d’ouverture d’une carrière d’une superficie de 30 hectares dans les secteurs de Menciol et de l’Hermitage à Saint-André fait depuis lundi l’objet d’une enquête publique d’une durée d’un mois afin de relever les risques environnementaux pour la population, mais également pour la faune et la flore.

Tout comme la carrière Dioré, c’est la société Guintoli, appartenant au groupe NGE et spécialisée dans les travaux publics (terrassement, génie civile) et l’exploitation de carrières (exploitation, réaménagement) qui se chargera de l’exploitation de cette carrière, située dans les hauts de la commune de l’Est.

Les installations projetées de cette méga carrière à ciel ouvert et à sec, située entre 400 et 580 m d’altitude, représentent une surface totale de 33,5 ha pour une aire d’extraction d’environ 21 hectares et une production de "matériaux valorisants" estimée à 7,7 millions de tonnes.

L’accès à l’exploitation devra nécessiter l’aménagement d’une piste sur environ 2,5 km, sur une emprise cumulée de quatre hectares. Un accès intégré dans le périmètre de la demande d’autorisation, d’une durée de six ans et qui sera maintenu après l’arrêt de l’exploitation en accord avec les propriétaires concernés, à savoir la famille Virapoullé.

Avec les quantités extraites (1 à 1,5 million de tonnes par an, soit plus de 3,5 millions de tonnes sur les six années d’exploitation) et les activités de traitement et de vente de matériaux, le projet de carrière sur les sites de Menciol et l’Hermitage pourrait fournir près d’un tiers des besoins en roches de la NRL, faisant du site la plus grosse exploitation de l’île.

Si l’Autorité environnementale reconnaît que le projet de carrière de Menciol et de l’Hermitage est d’un "intérêt économique et stratégique important" pour la NRL, elle craint néanmoins pour la faune et la flore du site. "L’impact résiduel, après application des mesures d’atténuation (R1, R2, R3, R6) est modéré pour la flore, notamment trois espèces (Anthrophyum giganteum Bory, Gleichenia boryi et Phaius tetragonus), modéré pour les rapaces - le busard de Maillard (Circus maillairdi) et fort pour les reptiles - le Gecko vert de Bourbon (Phelsuma borbonica)", écrit l’Autorité environnementale dans son avis du 25 mai 2016.




NRL : Début de l'enquête publique sur le projet de méga-carrière dans les hauts de St-André NRL : Début de l'enquête publique sur le projet de méga-carrière dans les hauts de St-André


Concernant l’environnement humain, cette dernière indique que l’exploitation de la carrière "conduira à l’émission de poussières liées aux opérations de minage, au trafic des camions sur le site (300 rotations par jour, ndlr) et au concassage des matériaux", mais aussi "à la production de vibrations et des émissions sonores".

Sur les impacts sur le milieu physique, l’Autorité assure que le risque de déstabilisation des terres "fera l’objet d’une surveillance de la stabilité des talus et des fronts de taille en phase d’exploitation". Mais c’est sur l’incidence sur la ressource en eau que l’Autorité est plus inquiète et assure que le risque de pollution accidentelle est "potentiellement fort". De plus, l’exploitation "va provoquer la modification des écoulements vis-à-vis des bassins versants amont du site", tout comme le risque d’érosion des terrains, "également important".

Mais comme le rapporte l’étude d’impact, une étude est actuellement en cours pour substituer le captage actuel d’eau superficielle particulièrement vulnérable à une pollution de surface par un forage d’eaux souterraines. Ce dispositif, d’un coup de 600 000 euros, "constituerait pour le projet à la fois une mesure compensatoire et une mesure d’évitement au titre de la protection de la ressource en eau potable".

En conclusion, l’Autorité environnementale indique malgré tout que l’étude d’impact "est globalement complète" et "contient les pièces règlementaires" rassemblant "des études spécialisées dans différents domaines". "Cependant, la sensibilité du site et les impacts potentiels de la carrière sur l’environnement laissent des conclusions en suspens sur la prise en compte optimale de l’environnement dans le projet".

Jusqu’au 22 septembre, le public pourra prendre connaissance de cette enquête publique et consigner ses demandes dans les registres ouverts des mairies de Bras-Panon, Salazie, Saint-André et Saint-Benoît mais également écrire au commissaire enquêteur à son siège de la mairie de Saint-André.

http://www.zinfos974.com/NRL-Debut-de-l ... 04526.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Jan 2017 10h50 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2012 11h28
Messages: 4605
Localisation: LA ROCHELLE
38 500 accropodes à La Réunion
Par la rédaction, le 27 décembre 2016

La construction de la nouvelle Route du Littoral à La Réunion permettra d’améliorer les liaisons entre le nord et le sud de l’île. Ce projet se compose de deux digues (1 et 5,7 km) et d’un viaduc de 5,3 km. Les digues seront protégées par une carapace d’accropodes, d’énormes blocs en béton préfabriqués.

Cette nouvelle voie rapide de 12 km gagnée sur la mer reliera Saint‐Denis à la Possession en remplacement de l’actuelle route du littoral trop exposée aux éboulements, à la pluie et aux houles cycloniques centennales. Le projet comprend deux digues (1 et 5,7 km) et un viaduc de 5,3 km. Plus de 38 500 accropodes, soit 780 000 tonnes de béton, seront nécessaires pour sécuriser l’endiguement de la future route du littoral. Ces blocs en béton sont produits par la nouvelle usine de préfabrication Verlaine de SCPR. Entreprise locale de produits béton, elle a proposé au groupement Digue de la Nouvelle Route du Littoral de se joindre au projet pour réaliser les accropodes de manière industrielle. En février 2014, l’entreprise construit une nouvelle usine en lieu et place de l’existante dans la zone industrielle N°3 du Port pour fabriquer spécialement les accropodes. Elle évoluera, à terme, vers la production d’autres éléments. 17 personnes ont été recrutées pour la production de ces éléments durant le chantier, portant ainsi l’effectif total sur l’usine à 50. Démarrée en mars 2015, la chaîne de production est en mesure de sortir 40 pièces par jour de différentes tailles : des blocs de 4 m3 pesant 10 tonnes, et des blocs de 6, 8 et 11 m3 allant jusqu’à 30 tonnes. Du coulage du béton dans les moules au séchage pendant 48 heures, les accropodes stationneront pendant 10 jours sur site avant d’être transportés sur le chantier. Ils seront ensuite empilés au pied des murs chasse-mer de la digue, sous et au-dessus de l’eau, afin d’absorber l’énergie de la houle et éviter qu’elle ne détruise la digue.
 
Un béton spécifique et des matériaux locaux
 
Le cahier des charges exigeait que le béton utilisé pour la fabrication des accropodes soit conçu avec les matériaux de l’île, notamment avec un type d’agrégats spécifiques qui, de part leur volume, peuvent poser des problèmes lors de la mise en place du béton ainsi qu’au niveau des parements. Les accropodes possèdent une forme et une qualité de parement spécialement étudiées pour pallier notamment à l’usure mécanique. Il a également fallu maîtriser la montée en température du béton pour en garantir sa prise ainsi que le retrait pour éviter la fissuration. Pour cela, une unité de refroidissement des agrégats a été installée dans l’usine de préfabrication afin de garantir une bonne cadence de bétonnage et de montée en résistance rapide du béton.
L’usine SCPR s’est donc tournée vers Sika pour l’adjuvantation des bétons. Par ailleurs, Sika possède un outil de production à la Réunion permettant de répondre aux fortes contraintes logistiques liées à la production. La mise au point de la formulation du béton a nécessité un travail collaboratif entre les équipes Sika et le bureau d’études. Une fois définie, des tests ont été réalisés dans les laboratoires de l’adjuvantier à la Réunion et à Gournay-en-Bray (76). Le béton est ainsi adjuvanté avec un superplastifiant, Sika ViscoCrete Tempo 9 et un retardateur de prise, Sika Plastiretard. La synergie de ces deux adjuvants permet l’utilisation des agrégats présents sur l’île, une bonne qualité de parement ainsi qu’une maîtrise de la montée en résistance en fonction de la température.
 
Les intervenants du chantier
Maitre d’ouvrage : Région La Réunion
Entreprises attributaires de la digue : GTOI, SBTPC, Vinci Construction
Préfabricant : SCPR

http://www.constructioncayola.com/batim ... ent_170102

P.S. SCPR doit être la Société de Concassage et de Préfabrication de la Réunion, également du Groupe COLAS.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 114 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com